Violence faite aux femmes : quelle est notre part de responsabilité ?

Article : Violence faite aux femmes : quelle est notre part de responsabilité ?
26 février 2020

Violence faite aux femmes : quelle est notre part de responsabilité ?

A quelques jours de la célébration de la Semaine Nationale de la Femme Tchadienne (SENAFET), une recrudescence de la violence faite aux femmes est enregistrée dans la capitale tchadienne.

Une femme de 64 ans en partance pour l’église a été violée puis assassinée dans le 7ème arrondissement. En une semaine à peine, une jeune fille perd la vie dans les mêmes circonstances et une autre grièvement blessée à coup de machette.

Cruauté envers les femmes

Pour ma part, je n’arrive pas à comprendre cette cruauté à l’égard des femmes alors que rien ne justifie une telle horreur. Ce crime ignoble a provoqué une vive réaction de colère et d’indignation de la part de beaucoup des tchadiens. Mais, au-delà des simples condamnations, quelle est notre responsabilité en tant que citoyens et citoyennes face à cette situation ?

Nous vivons dans une société où la violence contre la femme sous ses différentes formes semble être cautionnée. Par exemple, le dénigrement de la femme est la forme la plus fréquente des violences que subissent les femmes au quotidien et qui n’est pas sans conséquence. En effet, l’insulte quotidienne “mara sakit” (qu’on traduirait par « une femme seulement »), tellement quotidienne qu’on la croit banale, peut conduire au crime et à la désolation.

Quelles actions concrètes pouvons-nous prendre permettant de changer les choses autour de nous ?

Pour mieux prévenir cette violence, il est important de commencer par l’éducation de base en donnant un bon exemple de justice et d’équité à nos enfants. Au niveau de la famille, la fille doit en effet être traitée par les parents comme ses frères sans subir la moindre discrimination. Ainsi, nous pourrions avoir des citoyens respectueux des droits de l’Homme en général et ceux de la femme en particulier. Par ailleurs, nous devons aussi prendre au sérieux tout acte, même minime en apparence, visant à bafouer les droits des femmes.

Partagez

Commentaires

Brahim Mahamat Saleh
Répondre

Très bien relaté, courage!